Posts Tagged: data-journalism

Data Journalism : par où commencer (Part. 2/2)

Dans l’article précédent j’assommais mes congénères à grands coups de recommandations : développeurs, avant de savoir faire, sachez être ! Entre 2 insultes ce sont aussi les journalistes que j’accable… J’ai en effet plus coutume d’enseigner à des journalistes qu’à des développeurs. Dès à présent, c’est donc à eux que je m’adresse.

Data Journalism : par où commencer (Part. 1/2)

Ce guide en deux parties présente des éléments de réponse aux développeurs et journalistes désireux de se lancer dans le monde du Data-Journalism. Pas question ici de produire un cours de programmation ou de base de données, ma démarche est plus celle d’un retour d’expérience sur les caractéristiques très précises de ce métier. Pour commencer, cette première partie s’adresse aux développeurs (mais ne partez pas, je serai doux). Vous vous en doutez peut-être déjà, il ne suffit pas de savoir coder pour faire du Data Journalism dans de bonnes conditions. Outre des techniques, certes singulières et indispensables, en visualisation de données et data-mining, le développeur qui veut se frotter aux journalistes doit avant tout recueillir des qualités humaines auxquelles son métier ne l’a pas préparé.

Journalisme et temps réel : technique et perspective

Cet article introduit en douceur l’une des idées que je voudrais développer dans ce blog : la technologie se met au service du journalisme et de fait, en empruntant certains chemins, l’innovation peut précéder le média. Nombreux sont ceux déjà convaincus par ce point de vue, c’est pour cette raison que j’essaie d’avantage d’en donner des cas pratiques plutôt que d’en dépeindre une vision académique qui dépasserait de loin mes compétences.

Passage à l’Oeil

L’Oeil du Pirate parce que je donne un angle de vue. Celui du technicien qui assume une certaine idée de l’informatique où travailler avec des humanoïdes ne se cantonne pas seulement au rapport entre offre et demande. Dans cette aventure, le technicien se confronte avec un type bien particulier de clients: les journalistes. Et si je suis venu jusqu’à m’y associer ce n’est pas un hasard, leur quotidien me fascine. Ensemble nous travaillons à éclaircir certaines zones d’ombre, nous mettons en lumière la donnée brute, nous lui donnons du sens, nous la mettons en scène. OK, pour les journalistes, ce n’est pas vraiment nouveau. La grande différence étant qu’un jour, quelqu’un a eu la bonne idée de faire jouer au même jeu développeurs, designers et journalistes. C’est une partie non négligeable de mon métier. On appelle ça le Journalisme de données.